info@maison-prestige.fr

Appelez-nous au 03 89 41 68 49

Lun – Jeu 8h-12h / 14h-18h | Ven 8h-12h / 14h-17h

55 Grand’Rue, 68180 HORBOURG-WIHR

 

Les préjugés sur la maison passive

Les idées reçues sur la maison passive

Quizz de la maison passive

Que savez-vous vraiment sur la maison passive ?

1. Une maison passive se construit toujours en ossature bois

Réponse 1. : faux, pas forcément.

Une maison passive peut effectivement se construire en bois, mais ce n’est pas forcément la solution la plus adaptée. En effet, de très nombreuses maisons passives se construisent en dur, cela se remarque particulièrement en Allemagne, pays pionner de la maison passive, où près de 20% moitié des maisons passives de construisent en béton cellulaire.

La maçonnerie traditionnelle a de nombreux avantages pour un bâtiment passif : les murs sont plus lourds et emmagasinent davantage la fraîcheur en été et la chaleur en hiver pour mieux la restituer la nuit, c’est le principe du déphasage.

Plus un matériau est lourd, plus il a d’inertie et plus la durée du déphase sera long et efficace.

Pour la construction de nos maisons passives nous utilisons des blocs de béton cellulaire avec une isolation par l’extérieur et un enduit au plâtre traditionnel côté intérieur.

2. Une maison passive est trop étanche, on ne respire pas, le bâtiment risque de moisir

Réponse 2. : faux, pas dans une vraie maison passive.
 
L’étanchéité à l’air est un point clé dans la réussite de la construction d’une maison passive.
Son traitement nécessite un savoir-faire et une vigilance à tous les instants.
Une maison ne doit pas « respirer » par ses défauts de construction, comme on voudrait le penser pour les autres bâtiments.
Une maison étanche selon les critères du Passiv’Haus est donc gage d’une excellente qualité de mise en oeuvre pendant le chantier et gage d’une maîtrise technique.

Une maison à ce point étanche doit par conséquent être très bien ventilée pour évacuer les polluants de l’air intérieur et pour éviter tous risques de moisissure.
La VMC double flux est un élément essentiel de la maison passive, il s’agit des poumons de la maison et présente une multitude d’avantages comparée à une solution de ventilation simple flux, ou une solution de ventilation naturelle, chaque bâtiment passif en est par conséquent équipé.
La circulation d’air est centralisée, il n’y a qu’une seule prise d’air à l’extérieur et qu’une seule évacuation d’air. Ensuite toute la maison est équipée de plusieurs bouches d’insufflation, pour faire rentrer de l’air neuf et d’extraction pour extraire l’air vicié et pollué.

Grâce à son efficacité, en deux à trois heures, l’intégralité de l’air de la maison est renouvelée, sans avoir ouvert une seule fenêtre. La maison passive est donc beaucoup mieux ventilée qu’une maison traditionnelle, l’air est sain et les risques de moisissures dues à une mauvaise ventilation sont inexistants.

3. Dans une maison passive on peut ouvrir les fenêtres

Réponse 3. : vrai, on peut bien sûr ouvrir les fenêtres, comme dans n’importe quel autre bâtiment.
 
Comme expliqué plus haut, dans une maison passive on ne ressent pas le besoin d’ouvrir les fenêtres puisqu’il y a un bon renouvellement d’air et donc une excellente qualité d’air intérieur.

Certes, il n’est plus nécessaire d’ouvrir les fenêtres pour ventiler la maison, mais cela n’est toutefois pas interdit, il s’agit d’un mythe non fondé sur la maison passive.

De plus, ouvrir les fenêtres la nuit en été, lorsque la température intérieure est supérieure à celle de l’extérieur, permet d’accélérer le rafraichissement de la maison, comme dans n’importe quel autre bâtiment. Vous pourrez même ouvrir les fenêtres en grand pendant une heure en hiver si vous le souhaitez, la maison bénéficie d’une telle inertie que l’air sera naturellement réchauffé par la chaleur des murs extérieurs lourds et chargés en calories.

4. En été il fait très chaud dans une maison passive

Réponse 4. : faux, en été il fait frais, si l’on adopte le bon comportement (empêcher le soleil de rentrer, etc.)
 
Les B.S.O. (brise-soleil orientables motorisés) empêchent le rayonnement solaire de chauffer la maison tout en conservant une luminosité agréable.
Il existe la possibilité de gérer à distance les fermetures ou de manière automatique via paramétrage.

L’excellente isolation thermique ainsi que l’absence de ponts thermiques empêchent le passage de chaleur par conduction, de l’extérieur vers l’intérieur.

L’étanchéité à l’air très performante grâce au soin apporté sur le chantier est durable et empêche les infiltrations d’air chaud d’entrer dans la maison (minimum 4 fois moins d’infiltrations d’air que dans une maison RT2012).

La V.M.C. double flux équipée d’un By-pass automatique extrait de la chaleur lors de l’inversion des températures nocturnes.

L’échangeur de la V.M.C. fonctionne de manière inverse par rapport à l’hiver, en diminuant les températures élevées de l’air extérieur avant de l’insuffler dans la maison.

Les murs isolés par l’extérieur (I.T.E.) à forte inertie thermique permettent « d’accumuler » la fraicheur nocturne et de la restituer en journée.

Cependant dans les maisons passives construites en ossatures bois, le confort d’été n’est pas le même, puisque l’ossature de la maison est beaucoup plus légère, le déphasage est nettement moindre. Il fera plus chaud dans une maison passive en bois que dans une maison passive construire en maçonnerie traditionnelle.

5. Une maison passive doit se chauffer avec une cheminée ou un poêle

Réponse 5. : faux, pas forcément, ce n’est pas l’idéal.
 
Une maison passive n’a quasiment pas besoin de chauffage, seul un appoint est nécessaire (en cas de période longue sans soleil avec très basse température extérieure). Il devient inutile d’investir dans une installation de chauffage traditionnelle, (chaudière ou pompe à chaleur). De ce fait, il n’y a ni entretien, ni remplacement de chaudière à prévoir.

L’usage d’un poêle à bois est superflu dans une maison passive, les besoins de chauffage étant tellement faibles.
De ce fait, l’absence de conduit de fumée supprime les frais de ramonage. Il n’y a pas d’interdiction, mais il ne s’agit pas la solution la plus adaptée, il risque de faire trop chaud. Il est difficile de réguler la chaleur apporter par un poêle.  

Un simple appoint de chauffage électrique est amplement suffisant et apporte tout le confort nécessaire, sans aucun inconvénient. Le coût du Kwh est plus élevé en électrique, mais compte tenu du fait qu’il n’y a pas de frais de ramonage, le coût global annuel reste inférieur à un chauffage par poêle.

6. Une maison passive ressemble à une boîte à chaussure

Réponse 6. : faux, tout dépend de l’architecte qui l’a conçoit.
 
Il existe de très belles maisons passives certifiées qui sont loin de ressembler à une boite à chaussures. Voici des exemples de maisons passives que nous avons réalisées ou qui sont en cours de projet.

7. La maison passive coûte plus cher et s’amortit sur le long terme

Réponse 7. : vrai, malgré un surcoût de 15%, on s’y retrouve sous 15 ans.
 
La maison passive a un surcoût de 15% par rapport à une construction standard RT2012, mais ce surcoût se rentabilise au bout de 15 ans, tant les économies de chauffage, d’entretien et de remplacement d’équipement (type chaudière ou pompe à chaleur) sont faibles.

8. Sans chauffage en hiver il va faire froid dans la maison passive

Réponse 8. : faux, avec un temps ensoleillé, la maison n’a pas besoin de se chauffer pendant plusieurs jours.
 
Les importantes surfaces vitrées côté Sud permettent au soleil de chauffer gratuitement la maison en hiver.
Ces apports solaires peuvent être modulés grâces au B.S.O.

Les triples vitrages utilisés côté Sud bénéficient d’un facteur de transmission solaire g>60 % (plus de 60 % de la chaleur du rayonnement solaire est transmise à l’intérieur de la maison).

L’excellente isolation ainsi que l’absence de ponts thermiques empêchent le passage de chaleur par conduction de l’intérieur vers l’extérieur.

La V.M.C. double flux équipée d’un échangeur à flux croisés, récupère 96 à 98 % de la chaleur contenue dans l’air de ventilation rejeté à l’extérieur. Les pertes d’énergie dûes à la ventilation sont considérablement diminuées.

Les murs isolés par l’extérieur (I.T.E.) et les planchers « lourds », à forte inertie thermique « accumulent » la chaleur et la restituent lors des journées sans soleil et les nuits.

La notion de confort de l’être humain est fonction de la température de l’air, mais également des températures des parois, murs, sols, plafonds, surfaces vitrées, de l’hygrométrie et des circulations d’air. Dans la maison passive toutes les parois doivent avoir une température de l’ordre de 20°, ce qui rend la température de l’air plus agréable et homogène.

9. Plein de maisons dites passives ne fonctionnent pas

Réponse 9. : faux, défaut de conception ou de construction ? Il ne s’agit pas d’une vraie maison passive !

Le terme maison passive est très utilisé et bien souvent à tort. L’usage du terme n’est pas règlementé en France et est souvent galvaudé. La vraie maison passive se base sur les standards mondialement reconnus du Passiv’Haus Institut allemand.

Si l’on dit qu’une maison passive ne fonctionne pas, alors il ne s’agit pas d’un vrai bâtiment passif. Le bâtiment a probablement des défauts de conception ou de construction.

Une vraie maison passive ne peut que fonctionner, des milliers de bâtiments passifs ont déjà fait leurs preuves depuis plus de 30 ans en Allemagne et dans d’autres pays